En Chine, les militantes féministes ont la vie dure

Par

Depuis 2015, les militants indépendants, féministes comprises, sont durement réprimés dans la puissance asiatique. « Ce n’est pas tant #MeToo qui fait peur aux autorités, mais l’organisation même des internautes et militants », explique l’une de ces féministes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Hong Kong (Chine).– « Je ne sais pas s’il reste le moindre espace pour le militantisme indépendant en Chine aujourd’hui, ça devient extrêmement difficile », résume Bao (prénom modifié), rencontrée dans un café de Hong Kong quelques jours après la promulgation, dans la région administrative spéciale, de la loi sur la sûreté nationale rédigée par Pékin.