Quel socialisme pour le XXIe siècle?

Par

Trente ans après la chute du Mur, le socialisme devient un mot acceptable (et redouté) aux États-Unis. La pensée socialiste, il est vrai, foisonne d’idées neuves pour répondre à l’urgence sociale et environnementale que le capitalisme semble incapable de prendre en compte. Le socialisme vert et démocratique est en construction. Dernier volet de notre série.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Trente ans après la chute du Mur, le socialisme est-il devenu un concept mort, vide de sens ? L’échec patent des régimes d’inspiration soviétique pouvait le laisser croire. Toute alternative au capitalisme semblait effacée et, pour reprendre le titre de l’ouvrage de l’écrivain britannique Mark Fisher en 2018, l’époque est celle du « réalisme capitaliste » dans laquelle il est impensable d’envisager la fin de ce système. Mais si l’adage selon lequel depuis trente ans, « la fin du monde est plus envisageable que la fin du capitalisme » demeure dans son ensemble vrai, la situation a commencé à changer depuis 2008 et le surgissement de la crise financière. Le néolibéralisme dominant a dû faire face à ses limites sur deux fronts : les inégalités croissantes – mais aussi plus généralement les conditions du monde du travail face au capital – et la question écologique, alors que les conséquences du réchauffement climatique commencent à se faire concrètement sentir jusque dans les pays riches.