Srebrenica: la grande gabegie de l'aide internationale

Par et Laurent Geslin, Simon Rico, Rodolfo Toè

Abandonnée par les casques bleus, théâtre du pire massacre commis en Europe depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, Srebrenica cristallise la « mauvaise conscience internationale ». Ce qui se traduit par des flots d’argent déversés, sans aucun contrôle, et par l'émergence de fortunes douteuses et de trafics incessants.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Srebrenica, de nos envoyés spéciaux.-  « En Bosnie-Herzégovine, on les appelle parfois les "millionnaires" de Srebrenica. » Marinko  Sekulić boit sa bière à la terrasse du café-restaurant Chez Bato. « Kokeza », comme on le surnomme en ville, est l'un des piliers de la radio-télévision locale et l'un des seuls journalistes de Bosnie-Herzégovine à avoir mené l'enquête sur les sommes astronomiques déversées par la communauté internationale pour reconstruire Srebrenica.