Allemagne: «La culture d'accueil des réfugiés ne sera pas remise en cause»

Par

Deux semaines après les agressions sexuelles à Cologne le soir du Nouvel An, retour avec la journaliste et essayiste allemande Carolin Emcke sur ces événements qui ont bouleversé le pays.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les nombreuses agressions sexuelles à la gare de Cologne, le soir du Nouvel An, ont suscité une immense émotion en Allemagne. Des immigrés ou des réfugiés étant soupçonnés d'être à l'origine des faits, l'extrême droite et les franges les plus conservatrices de la société en font la preuve de la validité de leurs thèses anti-étrangers. Dans un pays qui a accueilli l'an dernier 1,1 million de réfugiés, le débat sur leur accueil est relancé. Journaliste connue pour ses reportages sur les terrains de guerre dans les grands hebdomadaires Der Spiegel et Die Zeit, éditorialiste au quotidien Süddeutsche Zeitung, philosophe et écrivaine engagée, Carolin Emcke a accepté pour Mediapart de commenter les événements de Cologne — ce qu'elle n'a pas encore fait publiquement dans son pays. Entretien.