Des groupes armés terrorisent à nouveau la Centrafrique

Par

Deux ans après la signature de l’accord de paix de Khartoum, une nouvelle alliance entre groupes rebelles l’a fait voler en éclats. Malgré une aide militaire internationale, l’État semble loin de pouvoir les arrêter.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bangui (Centrafrique).–  La Centrafrique est un pays où on peut commémorer en pleine guerre un accord de paix en miettes. Le 6 février, au palais de la Renaissance de Bangui, la résidence officielle du président de la République, s’est donc déroulée une cérémonie aussi déroutante que l’architecture en alignement de boîtes rectangulaires de l’époque Bokassa.