Comment la France a abandonné ses interprètes afghans

Deux journalistes ont enquêté sur le refus de la la France d’accueillir une grande partie de ceux qui avaient servi d’interprètes aux troupes françaises en Afghanistan. Préjugés, « crise des migrants », crainte d’un précédent : tout était réuni pour abandonner à leur sort des familles menacées.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ils étaient 800. Indispensables auxiliaires de défense, les interprètes afghans de l’armée française, tarjuman en dari, ont accompagné les troupes déployées de 2001 à 2012. Ils ne sont qu’une poignée à avoir été accueillis en France. Deux journalistes indépendants, Brice Andlauer et Quentin Müller, ont enquêté durant de longs mois sur les raisons qui ont conduit les autorités françaises à refuser des visas à ces hommes et à leurs familles. Un scandale d’État, selon le collectif d’avocats qui s’est monté pour défendre les tarjuman.