La communauté güleniste et ses richesses, proies du régime turc et des mafias

Depuis le coup d’État manqué de juillet 2016, le mouvement religieux de Fethullah Gülen, ainsi que certains de ses affiliés, réels ou supposés, suscitent la convoitise de membres de la police, des renseignements, de la justice et de la mafia. Chantages et corruption à l’appui. Deuxième volet de notre série.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Istanbul (Turquie).– Organisation religieuse aux vastes ambitions organisée autour d’un leader spirituel charismatique, le mouvement Gülen était aussi une immense machine à cash, brassant des sommes énormes, issues des entreprises et écoles détenues en propre, et surtout des contributions obligatoires des membres, qui se devaient de faire don d’au moins 10 % de leurs revenus.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal