Pire que Donald Trump, Mike Pence, le vice-président

Par

Antiféministe, homophobe, pro-armes, climato-sceptique, pro-Netanyahou, ultralibéral : le vice-président américain Mike Pence incarne un espoir pour la droite blanche et chrétienne, parfois déboussolée face aux incohérences de Donald Trump. Décryptage de l’idéologie de celui qui se voit comme le nouveau prophète des États-Unis.
Une enquête de la « Revue du Crieur », dont le n11 est en librairie et Relay aujourd’hui.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

New York, États-Unis, de notre envoyé spécial.- Début septembre, le New York Times publiait une tribune anonyme. Une « démarche rare » admettait le quotidien, justifiée par la qualité de son auteur, « responsable de haut rang dans l’administration Trump ». Dans ce texte inouï, la « Gorge profonde » de 2018, selon le surnom attribué à l’informateur dans l’enquête sur le Watergate, décrit une sorte de coup d’État au ralenti à la Maison Blanche, où s’activerait « de l’intérieur » une « résistance silencieuse » décidée à contrer chaque jour les « pires penchants » de Donald J. Trump, quarante-cinquième président des États-Unis.