Un scandale de corruption ébranle le Burundi et la République du Congo

Par

Un investisseur français, fraudeur du fisc, qui fait la « danse du ventre » aux ministres africains ; son ami et associé, vieux routard de la vie politique sénégalaise et ancien représentant de l'ONU, qui rafle de juteux marchés pétroliers. Arcanes d'un scandale de corruption dans plusieurs États d'Afrique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Une affaire judiciaire peut en cacher une autre. Le businessman français Pierre Achach a été condamné le 3 décembre 2015 par la XXXIIe chambre du tribunal correctionnel de Paris dans le cadre des investigations lancées par le parquet financier sur les fraudeurs du fisc des listings HSBC d'Hervé Falciani (Mediapart s'en est fait l'écho ici). Mais l'intérêt de ce dossier de fraude fiscale réside également dans son volet corruption, qui lève le voile sur les pratiques en Afrique centrale d'une société d'exploration pétrolière européenne. Plusieurs investisseurs de renom sont mêlés à ce scandale, au premier rang desquels figure Moustapha Niasse, actuel président de l'Assemblée nationale sénégalaise et ancien envoyé spécial de l'ONU en République démocratique du Congo.