La Chine met un terme à l'expérience démocratique de Wukan

Par

Neuf habitants du village de Wukan viennent d'être condamnés à des peines de prison ferme à l'issue d'un procès expéditif. En 2012, les revendications des villageois sur leurs terres avaient trouvé un écho favorable auprès des autorités, et attiré l'attention des médias internationaux. Un lointain souvenir.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 26 décembre 2016, neuf villageois de Wukan, dans la province chinoise du Guandong, étaient condamnés à des peines allant de deux à dix ans de prison après un procès de moins d’une demi-heure. La victoire de 2012, lorsque les villageois avaient obtenu le droit d’élire librement leur comité de village chargé de redistribuer les terres expropriées par un promoteur immobilier, n’est plus qu’un lointain souvenir. Ces condamnations achèvent une année funeste pour le village, puisque Lin Zulian, secrétaire de la cellule du parti du village et ancien leader des manifestations en 2012, avait déjà écopé de trois ans de prison en septembre après avoir fait des aveux télévisés. Treize villageois sont encore détenus en attente de leur procès et la police armée populaire continue de patrouiller jour et nuit dans les rues de Wukan.