Ukraine : l’Europe ne sait toujours pas quoi faire de ses chars

Le Royaume-Uni a décidé de livrer quelques-uns de ses chars de combat Challenger 2 à l’Ukraine. Mais les autres alliés de Kyiv ont échoué, vendredi, à trouver un accord pour en envoyer davantage. Une condition pourtant indispensable à un vrai impact sur le terrain, assurent plusieurs experts.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

L’annonce que tout le monde attendait n’a pas eu lieu. Les yeux étaient tournés, ce vendredi 20 janvier, vers la base américaine de Ramstein, en Allemagne, où se tenait la huitième réunion des pays soutenant l’Ukraine. Plusieurs officiels européens et américains avaient laissé entendre, ces derniers jours, qu’une décision importante allait y être prise concernant l’envoi aux troupes ukrainiennes de chars d’assaut allemands Leopard 2. Mais le ministre allemand de la défense, Boris Pistorius, a balayé cette option en milieu d’après-midi, déclarant qu’« aucune décision » n’avait été prise dans ce sens pour le moment.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal