En Thaïlande, des élections sous le contrôle de la junte militaire

Par

Dimanche, plus de 51 millions de Thaïlandais sont appelés à voter aux élections législatives, une première depuis huit ans. Face à la junte militaire au pouvoir, et en dépit des violences passées, des voix de la réconciliation nationale sont parvenues à transformer le scrutin en un référendum sur la mainmise de l’armée.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bangkok (Thaïlande), correspondance. - Dans une petite salle sombre au cœur du marché de Klang Tai, à quelques pas du Monument de la démocratie dans le quartier historique de la capitale, Lertsak Kumkongsak présente le programme du parti Samanchon (« Les gens du peuple ») à une cinquantaine de militants, quelques journalistes et autant de policiers en civil. « Nous sommes des villageois qui participons depuis longtemps à la vie politique, déclare-t-il. La frustration sous une dictature injuste qui oppresse les gens ordinaires nous a motivés à concourir pour les élections. Tous ces gens ont été exclus du processus politique depuis la destruction du système parlementaire et nous devons restaurer la démocratie. Nous nous portons volontaires pour représenter les électeurs au Parlement. »