Vente des Rafale: séisme politique en Inde, Paris sort de sa réserve

Par et

Les informations de Mediapart sur la vente des 36 avions Rafale en 2016 ont provoqué un véritable séisme politique en Inde. L’opposition réclame la démission du premier ministre Narendra Modi, qu’elle accuse d’avoir favorisé un industriel privé au détriment de la société d’État. Le Quai d’Orsay et Dassault Aviation font bloc.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’affaire était à la une de la presse indienne ce samedi matin. Vingt-quatre heures après les révélations de Mediapart sur les coulisses de la signature du contrat de livraison d’avions de chasse Rafale conclu en 2016 avec la France, le pays est traversé par un séisme politique. Les chaînes d'infos en continu tournent en boucle sur le sujet, l'opposition réclame la démission du premier ministre Narendra Modi et le ministère de la défense indien tente, bon gré mal gré, de sauver la face en annonçant des « vérifications » des informations que nous avons publiées.