Un député d'Izquierda Unida : « Podemos nous a littéralement copiés »

C'est un effet collatéral de l'ascension de Podemos : l'effritement d'Izquierda Unida (IU), partenaire traditionnel du Front de gauche en Espagne. Dans un entretien à Mediapart, Alberto Garzón, candidat à la direction d'IU, juge que le « césarisme » de Podemos n'est pas la solution. Il plaide pour une « convergence des gauches » à l'approche des élections.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Il est l'un de ceux, aux côtés de Pablo Iglesias (Podemos) ou d'Ada Colau (Guanyem), qui incarnent le renouveau de la politique espagnole. Alberto Garzón, un économiste de 29 ans, est candidat à la primaire organisée début 2015 par les écolo-communistes d'Izquierda Unida (IU). La formation, partenaire du Front de gauche, traverse une crise profonde, dépassée par l'ascension de Podemos, mais aussi bousculée par des cas de corruption qui touchent certains de ses barons locaux.  
Dans un entretien à Mediapart, Alberto Garzón, élu député en 2011 depuis son fief de Malaga (Andalousie), explique comment il espère rénover de fond en comble la culture politique du parti. Du programme économique aux réformes institutionnelles, il dénonce aussi les « ambiguïtés » qui accompagnent la montée en puissance de la formation de Pablo Iglesias, désormais son grand concurrent, à l'approche d'une année 2015 décisive, marquée par un triple scrutin – municipales (mai), régionales (mai) et législatives (octobre ou novembre).

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Asie et Océanie — Analyse
Xi Jinping, le pompier pyromane
L’atelier du monde est au bout du rouleau et dans toute la Chine, des protestations réclament la fin des mesures draconiennes de contrôle social décidées au nom de la lutte contre le Covid. Le numéro un chinois est pris au piège de sa politique autoritaire.
par François Bougon
Violences sexistes et sexuelles — Analyse
Ce que deviennent 100 affaires révélées depuis #MeToo
Que sont devenues les révélations en avalanche dans les médias français depuis #MeToo, en 2017 ? Ont-elles été judiciarisées ? Quelles en ont été les conséquences ? Mediapart a décortiqué 100 dossiers parmi les plus retentissants.
par Lénaïg Bredoux, Donatien Huet et Marine Turchi
Transports publics, le délitement — Reportage
RER B : voyage sur la ligne qui déraille
Le RER B est la deuxième ligne de train la plus chargée d’Europe, et pourtant elle souffre de nombreuses tares : quatre terminus, un tunnel partagé avec le RER D et, surtout, un sous-investissement chronique de la part de la région et de l’État. Les usagers souffrent, les conducteurs aussi.
par Khedidja Zerouali
Politique économique
Le FMI confirme que la « boucle prix-salaires » est d’abord un récit conservateur
Une étude du FMI montre qu’il est quasiment impossible d’identifier un effet d’entraînement durable des rémunérations sur l’inflation. Un camouflet pour Emmanuel Macron qui fonde sa politique sur la crainte de cette « boucle prix-salaires ».
par Romaric Godin