Rainy Leonor, le pied de nez d’une sans-papiers dans l’Amérique de Trump

Par

Rainy Leonor, activiste et sans-papiers, refuse de raser les murs. Le 4 juillet dernier, le jour de la fête nationale américaine, elle l'a prouvé avec panache. Dernier volet de notre plongée à Reading, Pennsylvanie, une ville à majorité hispanique en plein « Trump country ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Wyomissing (Pennsylvanie), de notre envoyé spécial.– Pour l'occasion, Patti Belsterline, une mondaine âgée des beaux quartiers, a planté une jungle de drapeaux américains dans son jardin. Comme tous les ans, elle a pavoisé sa maison de cocardes tricolores : même son chien est décoré, l'encolure ceinte d'un bandana patriotique. Independence Day, le 4 juillet, c'est son grand jour, l'occasion d'en mettre plein la vue aux voisins. Passez par là et elle vous entraîne, exaltée, vers un buffet d'ogre : « Servez-vous ! Il y a des bloody mary et du café glacé ! »