En Tunisie, la levée des sanctions contre un ex-gendre de Ben Ali fragilise le gouvernement

Par

L’Union européenne a décidé de lever le gel des avoirs de l’homme d’affaires Marouane Mabrouk, à la demande des autorités tunisiennes. En cause : l’avenir de la filiale d’Orange en Tunisie. La société civile s’indigne.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Tunis (Tunisie), de notre correspondante.- « La justice tunisienne a levé le gel sur mes biens depuis longtemps… Donc je ne vois pas pourquoi l’Europe ne le ferait pas également. Je me suis toujours mis à la disposition de la justice tunisienne depuis huit ans. » Marouane Mabrouk a longtemps hésité à répondre à Mediapart. Attablé dans un café de la banlieue nord de Tunis, l’ancien gendre de Ben Ali, affable et prompt à la discussion, s’en tient d’ailleurs à cette seule déclaration publique.