La triste situation de l'économie tunisienne alimente la désespérance des jeunes

Par

En attaquant le musée du Bardo, les djihadistes ont voulu atteindre l'économie du tourisme en Tunisie. Mais ils ont aussi mis en relief l'impuissance gouvernementale à améliorer la situation du pays depuis la révolution de 2011. L'économie a été négligée et la question sociale, à l'origine de la révolution, demeure largement ignorée.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Tunis, de notre envoyé spécial.-  L’attaque du musée du Bardo continue de laisser aux Tunisiens un profond sentiment d’incompréhension. Cinq jours après, ils peinent toujours à appréhender ce qui s’est passé. Ce n’est pas tant le nombre de victimes (21 tués et une quarantaine de blessés), ni la brutalité de l’assaut, ni la réaction désordonnée des forces de sécurité qui choquent, que l’impression d’incompétence et d’inconséquence de l’État.