Avec les «Kellys», les femmes de ménage espagnoles sortent de l’ombre

Par

Elles sont environ 2 000 femmes dans toute l’Espagne à se battre contre la précarité de leur secteur, exacerbée par la récente réforme du code du travail. Preuve de leur succès, une « loi Kellys » est en débat au Congrès des députés. Troisième volet de notre série sur les mouvements de précaires en Europe.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Elles ont entre 45 et 55 ans. Elles passent leurs journées à préparer des chambres d’hôtel, à faire les lits, à nettoyer les salles de bains, en mettant de l'ordre pour accueillir les touristes. Le tout pour la modique somme de 2,50 euros par chambre, peu importe le niveau de luxe de l’établissement.