Biens mal acquis: des services de l'Etat ont été instrumentalisés contre l’avocat des ONG

William Bourdon, le fondateur de l’ONG Sherpa, initiateur de l’affaire des biens mal acquis visant plusieurs présidents africains, a déposé plainte contre X, le 16 mars dernier, pour « faux, usage de faux et dénonciation calomnieuse ». En 2015, un corbeau a tenté de discréditer l’avocat auprès de la Direction nationale des enquêtes fiscales.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Le site du quotidien Les Dépêches de Brazzaville, proche du président congolais Denis Sassou Nguesso, l'annonçait en janvier 2010 : « Survie, Sherpa, Transparency international, pour ne citer que les plus médiatiques des ONG concernées, ont des soucis à se faire. » Une « enquête » lancée sur William Bourdon et ses amis « laisse entrevoir », « numéros de comptes bancaires à l’appui », « des opérations de blanchiment d’argent fort peu compatibles avec la posture moralisatrice qu’ils adoptent ». Depuis lors, les “soucis” annoncés ont pris la forme d’une petite affaire Clearstream – celle des faux comptes attribués à une centaine de personnalités dans les années 2000 – dans laquelle William Bourdon se trouve seul ciblé.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal