L’expulsion de migrants soudanais fragilise le gouvernement belge

Par

La Belgique a expulsé fin 2017 neuf migrants dont certains disent avoir été arrêtés, et torturés psychologiquement, à leur retour sur le sol soudanais. Mais le secrétaire d’État à l’asile et aux migrations, Theo Francken, est « intouchable », protégé par Bart de Wever, le tout-puissant patron de l’indépendantisme flamand.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les critiques sur le manque d’humanité de la politique migratoire du gouvernement Philippe ne cessent d’enfler en France. Au même moment, l’exécutif belge du conservateur Charles Michel se débat depuis un mois dans l’affaire dite des Soudanais, révélatrice elle aussi des crispations européennes dans les dossiers migratoires.