Europe

Pays-Bas: le sort de l’accord avec l’Ukraine suspendu aux législatives

Les députés néerlandais ont fini par valider le traité de libre-échange avec l’Ukraine, qui avait été rejeté par référendum l’an dernier. Mais il reste encore un vote au Sénat, qui n’interviendra qu’après les élections du 15 mars, un scrutin incertain.

Ludovic Lamant

26 février 2017 à 19h03

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

L’opération déminage est en passe d’aboutir, mais Bruxelles va devoir encore patienter. Les députés néerlandais viennent de ratifier le traité de libre-échange entre l’Union européenne et l’Ukraine, alors que ce texte avait été, dans une précédente mouture, rejeté par référendum en avril 2016. Le vote s’est déroulé jeudi à La Haye, lors de la toute dernière séance de la Chambre basse. Cette dernière a depuis suspendu ses travaux jusqu’à la tenue de législatives, le 15 mars, qui pourraient être remportées par l’extrême droite.
Il ne reste plus, désormais, qu’aux sénateurs à se prononcer sur ce projet d’accord. Il faudra attendre l’issue des élections, et la formation d’un nouveau Sénat, pour que les Pays-Bas le ratifient de manière définitive. Sans l’unanimité des 28, ce texte, qui agace Moscou au plus haut point, n’entrerait pas en vigueur dans son intégralité. Il a déjà été adopté par les 27 autres pays de l’UE.
Le débat suscité aux Pays-Bas sur l’accord avec l’Ukraine dépasse le seul enjeu des relations entre Kiev, Bruxelles et Moscou. Il est devenu l’un des marqueurs de la poussée des discours contre l’UE, dans l’un des pays fondateurs de l’Europe. Lors du référendum d’avril 2016, le « non » l’avait emporté largement (61 %), avec un taux de participation faible, d’à peine 32 %.

Le leader du PVV Geert Wilders, l'un des principaux opposants au traité avec l'Ukraine, le 21 janvier 2017 à Coblence (Allemagne) © Reuters / Wolfgang Rattay


À l’issue du vote jeudi soir, GeenPeil, l’un des mouvements politiques très critiques de l’UE à l’origine de l’organisation du référendum, a fustigé le vote des députés : « C’est du déjà-vu, le même processus anti-démocratique qu’en 2005. Il s’agit d’un nouveau coup de massue, qui ébranle un peu plus la confiance dans la démocratie représentative. » En 2005, les Pays-Bas avaient rejeté par référendum le projet de traité constitutionnel européen (TCE). Cela n’avait pas empêché, deux ans plus tard, de faire adopter un autre texte, le traité de Lisbonne, qui renforçait l’intégration européenne, par voie parlementaire cette fois.
Le premier ministre néerlandais, Mark Rutte, a manœuvré de manière plutôt habile pour ressusciter le traité de libre-échange avec l’Ukraine, sans avoir l’air de tourner le dos à l’avis des citoyens. Lors d’un sommet européen en décembre, le libéral a négocié l’ajout d’une « déclaration » censée répondre aux inquiétudes qui avaient émergé pendant la campagne du référendum. Il y est par exemple écrit de manière plus explicite que ce traité ne confère en aucun cas à l’Ukraine le statut de candidat à l’intégration dans l’UE. Ou encore qu’il ne sera pas obligatoire d’assister militairement l’Ukraine, si Kiev le demande.

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

International — Analyse
par Romaric Godin
France — Reportage
par Ellen Salvi
International — Enquête
par Ramdane Gidigoro, Tomas Statius et Giacomo Zandonini
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Médias
Couvrir l’extrême droite, affronter la violence politique
Travailler et enquêter sur l’extrême droite en France, c’est s’exposer à des menaces, du cyberharcèlement, des insultes et du dénigrement. Et dans un milieu très masculiniste, être une journaliste femme est un facteur aggravant. Dénoncer ce déferlement de haine par la voie de l’interpellation ou le canal judiciaire n’a rien d’évident.
par Mathilde Goanec et David Perrotin
Gauche(s) — Analyse
Programme présidentiel de Mélenchon : ce qui change, ce qui demeure
Réactualisé à l’aune du quinquennat écoulé, « L’Avenir en commun » est débarrassé des points qui avaient le plus fait polémique en 2017, comme l’hypothèse d’une sortie de l’Union européenne. Pour le reste, la continuité domine : VIe République, planification écologique et partage des richesses.
par Fabien Escalona et Pauline Graulle
Nucléaire — Enquête
Centrale nucléaire de Tricastin : des dissimulations en cascade
Dans l’affaire du lanceur d’alerte de la centrale du Tricastin qui porte plainte contre EDF, de nouveaux éléments consultés par Mediapart révèlent que l’Autorité de sûreté du nucléaire connaissait depuis longtemps le problème. Selon un document interne, EDF a menti et l’autorité de sûreté également dans sa communication publique.
par Jade Lindgaard
Dossier. L’affaire Kohler — Enquête
La note qui relance l’affaire Kohler
La Sfil, une discrète banque publique qui assure les financements des bateaux achetés en France par le groupe MSC, s’est réjouie en 2020 de bénéficier du « soutien » du secrétaire général de l’Élysée. Ce dernier a des liens familiaux avec les Aponte, les principaux actionnaires de MSC.
par Martine Orange

Nos émissions