Pays-Bas: le sort de l’accord avec l’Ukraine suspendu aux législatives

Les députés néerlandais ont fini par valider le traité de libre-échange avec l’Ukraine, qui avait été rejeté par référendum l’an dernier. Mais il reste encore un vote au Sénat, qui n’interviendra qu’après les élections du 15 mars, un scrutin incertain.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

L’opération déminage est en passe d’aboutir, mais Bruxelles va devoir encore patienter. Les députés néerlandais viennent de ratifier le traité de libre-échange entre l’Union européenne et l’Ukraine, alors que ce texte avait été, dans une précédente mouture, rejeté par référendum en avril 2016. Le vote s’est déroulé jeudi à La Haye, lors de la toute dernière séance de la Chambre basse. Cette dernière a depuis suspendu ses travaux jusqu’à la tenue de législatives, le 15 mars, qui pourraient être remportées par l’extrême droite.
Il ne reste plus, désormais, qu’aux sénateurs à se prononcer sur ce projet d’accord. Il faudra attendre l’issue des élections, et la formation d’un nouveau Sénat, pour que les Pays-Bas le ratifient de manière définitive. Sans l’unanimité des 28, ce texte, qui agace Moscou au plus haut point, n’entrerait pas en vigueur dans son intégralité. Il a déjà été adopté par les 27 autres pays de l’UE.
Le débat suscité aux Pays-Bas sur l’accord avec l’Ukraine dépasse le seul enjeu des relations entre Kiev, Bruxelles et Moscou. Il est devenu l’un des marqueurs de la poussée des discours contre l’UE, dans l’un des pays fondateurs de l’Europe. Lors du référendum d’avril 2016, le « non » l’avait emporté largement (61 %), avec un taux de participation faible, d’à peine 32 %.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Amérique du Sud
par François Bougon
Santé — Analyse
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet
Terrorisme — Enquête
par Matthieu Suc
International — Entretien
par Joseph Confavreux et Rachida El Azzouzi
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Politique — Analyse
Immigration : ce que voudrait faire Gérald Darmanin
Au cours des derniers mois, le ministre de l’intérieur comme le président de la République ont dévoilé quelques mesures phares qui pourraient constituer le projet de loi sur l’asile et l’immigration, annoncé pour 2023.
par Nejma Brahim et Ilyes Ramdani
Éducation — Enquête
Éducation à la sexualité : Mediapart révèle un rapport d’inspection enterré par Blanquer
Un rapport de l’inspection générale de l’éducation nationale, qui établit la trop faible efficacité de l’éducation à la sexualité, est resté un an dans les tiroirs de Jean-Michel Blanquer. Son successeur, Pap Ndiaye, semble enfin vouloir faire de cette politique publique une priorité.
par Mathilde Goanec et Pierre Januel
Qatar : le Mondial de la honte — Enquête
Au Qatar, l’enfer des travailleuses domestiques
Encore plus invisibilisées que les forçats des chantiers car maltraitées dans l’intimité de foyers privés où elles sont recluses, les travailleuses domestiques subissent des abus et des violations systémiques au Qatar. Deuxième volet de notre enquête au royaume de l’esclavage moderne.
par Rachida El Azzouzi
Moyen-Orient — Enquête
Sabra et Chatila : histoire d’un massacre anticipé par Israël
Il y a quarante ans, le 16 septembre 1982,  commençait dans les camps de réfugiés palestiniens du Liban une orgie de viols et d’assassinats qui allait se poursuivre pendant trois jours. Cinq mois plus tard, une commission d’enquête gouvernementale concluait qu’aucun Israélien ne pouvait être tenu pour responsable des massacres. Un universitaire a découvert à Jérusalem, dans les archives officielles, une tout autre vérité…
par René Backmann