Les socialistes espagnols jouent leur avenir dans une primaire très ouverte

Le duel entre l’Andalouse Susana Díaz, soutenue par l’appareil du parti, et l’ex-économiste Pedro Sánchez, qui plaide pour un « retour aux origines » du socialisme, domine la consultation des militants du PSOE, prévue le 21 mai.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Toute ressemblance avec la primaire de la « Belle Alliance populaire » organisée en France en début d’année n’est pas fortuite. Des deux côtés des Pyrénées, la social-démocratie est condamnée à se réinventer pour survivre. En Espagne, l’équation du parti socialiste ouvrier (PSOE) est connue, à l’approche d’une primaire à un tour organisée le 21 mai pour désigner son secrétaire général : la formation, centrale dans le paysage politique depuis le retour de la démocratie à la fin des années 1970, a perdu six millions de voix depuis 2008. Elle doit inverser la tendance si elle ne veut pas disparaître.
Le surgissement de deux nouvelles formations depuis 2014, Ciudadanos sur sa droite et Podemos sur sa gauche, a fortement rétréci son espace politique. Comment y répondre, pour éviter la « pasokisation » (en référence à l’effondrement du PASOK, le parti socialiste grec) du PSOE ? Aux législatives de juin 2016, le parti socialiste était parvenu à se maintenir en deuxième position, derrière les conservateurs du PP, talonné par l’alliance de Podemos avec les communistes.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Droite
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Politique — Analyse
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Écologie — Analyse
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Asie
La Chine, le vrai pays de la « cancel culture »
L’arrivée au pouvoir de Xi Jinping il y a près de dix ans a été marquée par un durcissement du contrôle du débat public en Chine, en particulier sur les réseaux sociaux. Les critiques de la politique « zéro Covid » ou de la guerre déclenchée en Ukraine par l’allié russe viennent d’en faire les frais.
par François Bougon
France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Attentats du 13-Novembre : les grands entretiens — Entretien
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
L’affaire PPDA — Parti pris
L’affaire PPDA, ou tout le chemin qu’il reste à parcourir
L’affaire Patrick Poivre d’Arvor est symptomatique de la culture de l’impunité et de la tolérance sociale qui a longtemps prévalu, notamment dans les entreprises, concernant les comportements sexuels problématiques. Elle est aussi le reflet du chemin qu’il nous reste à parcourir.
par Lénaïg Bredoux et Marine Turchi

Nos émissions

À l'air libre
par À l’air libre
Grand entretien
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik