Excision en Égypte : les lois changent, l’impunité perdure

Par

À la suite de la mort d’une fillette excisée par un médecin, les députés égyptiens ont durci la loi contre les criminels responsables d’excision. Mais la plupart des auteurs ne sont jamais poursuivis. Faute de réelle volonté politique. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En 2020, la mort d’une enfant de 12 ans des suites d’une excision pratiquée par un médecin avait déclenché une vague d’indignation jusqu’à l’ONU, rappelant à l’Égypte « l’urgence de protéger les filles de cette pratique dangereuse ». Le praticien à la retraite qui avait provoqué l’hémorragie mortelle ainsi que les parents de la fillette avaient été arrêtés puis relâchés.