Juncker président de la commission: comment désespérer de l'Europe

Par et

Jean-Claude Juncker a été désigné pour devenir le prochain président de la commission européenne. C'est le résultat de jeux byzantins entre conseil et parlement européen : des socialistes soutenant un conservateur, et vice-versa. Les électeurs s'y perdront, tandis que Juncker, l'incarnation d'une Europe qui échoue et désespère, reprend les commandes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le choix n'est pas une surprise. Il est une catastrophe. Jean-Claude Juncker, ancien premier ministre du Luxembourg, libéral, de droite, fédéraliste et chef de file du parti conservateur européen (le PPE) lors des élections européennes, a donc été désigné, vendredi 27 juin, comme futur président de la commission européenne. Cette nomination par les chefs d'État et de gouvernement des 28 de celui qui succède à José-Manuel Barroso (2004-2014) devra être ratifiée mi-juillet par un vote des eurodéputés, ce qui ne devrait être qu'une formalité.