Au Parlement européen, une gauche radicale sans vigueur ni leadership

Par et

Au terme d’un long mois de tractations, la gauche critique européenne s’est dotée d’une direction collégiale et a repoussé à la mi-juillet la désignation de la présidence du groupe. Loin des ambitions initiales, le groupe parlementaire risque de ne pas peser bien lourd dans la prochaine mandature européenne.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dernier groupe, et pas de président. Alors que toutes les tendances politiques européennes se sont dotées d'un leadership, la gauche radicale européenne a été incapable de désigner la personne qui l’incarnerait au Parlement européen.