Un ex-auxiliaire de l’armée française en Afghanistan : « Il faut que je quitte ce pays »

Par , et Mortaza Behboudi

Présent à l’aéroport de Kaboul jeudi au moment de l'attaque terroriste, alors qu’il était en chemin pour monter dans l’un des derniers avions de rapatriement français, Nasratullah Azimi a dû rebrousser chemin. Nous avons recueilli son témoignage vendredi matin. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le compte à rebours pour les dernières évacuations françaises depuis l’aéroport de Kaboul, capitale de l’Afghanistan, a été sérieusement bousculé jeudi soir par l'attaque terroriste qui a fait des dizaines de morts. Et ce alors que le gouvernement français avait fait savoir qu’il mettrait fin à ses opérations vendredi 27 août au soir.