La Nouvelle-Zélande pourrait empêcher les très riches d’acheter sa citoyenneté

Par

Le nouveau gouvernement travailliste néo-zélandais pourrait revenir sur la loi permettant dacheter sa citoyenneté sur fond de crise du logement, rapporte le Guardian

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Le nouveau gouvernement travailliste néo-zélandais, issu des élections de septembre 2017, pourrait revenir sur la procédure accélérée dont bénéficient les personnes très fortunées pour accéder à la citoyenneté du pays. Le ministre du logement Phil Twyford la confirmé. Ce dernier prépare une loi pour interdire lachat de logements existants aux étrangers, afin de lutter contre la spéculation et le mal-logement dans le pays. Cette loi ne devrait pas concerner les riches ayant accédé facilement à la nationalité néo-zélandaise, mais le gouvernement lance donc lidée de revenir sur cette législation. 

Cette décision intervient en pleine polémique autour du co-fondateur de PayPal, Peter Thiel, par ailleurs soutien déclaré de Donald Trump. Ce dernier avait obtenu la nationalité néo-zélandaise en 2011, après voir passé 12 jours dans le pays, par la seule volonté du gouvernement conservateur dalors. En théorie, il faut passer au minimum 1 350 jours dans le pays pour prétendre à la naturalisation. Cette procédure exceptionnelle avait permis à Peter Thiel de réaliser de nombreux achats immobiliers sur un marché déjà très spéculatif. 

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous