En Angola, le nouveau président s’affronte au clan dos Santos

Par

À peine élu président, João Lourenço, le successeur de José Eduardo dos Santos qui a régné 38 ans sur l’Angola, a procédé à une vaste purge des enfants et affidés de l’ancien président. Ces derniers avaient été placés aux principaux postes clés de l’économie du pays. S’agit-il de mettre fin à la kleptocratie d’un clan ou de simplement se redistribuer les richesses de la corruption ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Quand il a quitté la résidence officielle d’où il a dirigé et mis en coupe réglée l’Angola pendant près de quatre décennies, José Eduardo dos Santos n’a eu qu’à se déplacer de quelques kilomètres pour s’installer dans une énorme propriété, avec piscines, héliport et plusieurs maisons et dépendances où vivaient déjà d’autres membres du clan familial. Bâtisseur de ce refuge, clos de hauts murs, îlot de verdure au milieu des bidonvilles ? le groupe Odebrecht.