Ces socialistes français qui ont misé sur la victoire de Gbagbo

Par et

Parmi les soutiens socialistes du président sortant, il y a les vieux amis, comme Henri Emmanuelli. Et il y a des proches de Dominique Strauss-Kahn qui se sont rendus à Abidjan pendant la campagne. Plongée dans un PS que la question ivoirienne continue d'embarrasser.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

On croyait le cas Gbagbo réglé depuis 2004 au PS, quand le premier secrétaire de l'époque, François Hollande, l'avait jugé «infréquentable», rompant ainsi avec des années de soutien pour le chef du Front populaire ivoirien (FPI), membre de l'Internationale socialiste. La crise actuelle en Côte d'Ivoire a pourtant réveillé de vieilles amitiés et d'anciens réseaux, parfois bâtis dans les années 1980. Dernier exemple en date: l'annonce mardi 28 décembre dans Le Parisien et confirmée rue de Solférino, du départ de deux avocats français, et non des moins connus, pour assurer la défense de Gbagbo à Abidjan: Jacques Vergès, 85 ans, et Roland Dumas, 88 ans, ancien ministre des Affaires étrangères de François Mitterrand.