Violences sexuelles en zone de conflit: l’armée française ne change rien

Par Hélène Molinari (ZERO IMPUNITY)

Alors qu’une pétition portée par « Zero Impunity » a atteint près de 350 000 signataires demandant à l’État français la mise en place pour les armées d’une formation spécifique sur les violences sexuelles en zone de conflit, le ministère de la défense n’a entrepris aucune réforme depuis un an.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 3 janvier 2017, « Zero Impunity » publiait « Les exactions impunies de l’opération Sangaris en Centrafrique », une enquête, menée par Leïla Miñano et Justine Brabant, mettant en lumière les défaillances judiciaires qui permettent la perpétuation et l’impunité des crimes sexuels en opérations extérieures. Elle était accompagnée d’une pétition sur Change.org qui a rassemblé en quelques semaines plusieurs dizaines de milliers de personnes.