Brexit: les grands travaux ne font que commencer

Par

Londres déclenche la procédure de divorce avec l’UE. Alors que la bataille sur la « facture du Brexit » bat déjà son plein, retour sur les enjeux des négociations : ils s’annoncent d’une redoutable complexité pour les Européens et pour Theresa May.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bruxelles (Belgique), envoyé spécial.– Son prédécesseur avait démissionné en janvier avec fracas, en désaccord avec la stratégie de Londres sur le Brexit. C’est donc à Tim Barrow, l’ambassadeur du Royaume-Uni en poste à Bruxelles depuis à peine trois mois, que revient ce mercredi 29 mars ce drôle d’honneur : le diplomate va transmettre à Donald Tusk, le président du Conseil européen, la lettre par laquelle Londres saisit formellement l’article 50 des traités européens et demande de sortir de l’UE.

À partir de ce jour, le Royaume-Uni et l’UE auront deux ans, et pas une heure de plus, pour s’entendre sur un « accord de retrait ». Cela laisse aux négociateurs jusqu’à fin mars 2019, quelques semaines avant les prochaines élections européennes. Faute d’accord d’ici à deux ans, le Brexit se produira de manière désordonnée : c’est le scénario carabiné que les Britanniques appellent le « fall off a cliff », le saut du haut de la falaise… « Sauf si le Conseil européen […] décide à l’unanimité de proroger ce délai », précise toutefois l’article 50. Retour sur les enjeux d’une négociation qui s’annonce très complexe. Infaisable, disent même certains.