Le Maroc n’est pas à la fête pour les vingt ans de règne de Mohammed VI

Par et ALI AMAR (LE DESK)

Le roi du Maroc Mohammed VI fête ses vingt ans de règne mardi 30 juillet. Il a demandé des célébrations sans ostentation, car le royaume est gagné par une ambiance crépusculaire. Pour celui qui incarnait l’espoir après les terribles années de plomb sous le régime de son père Hassan II, il s’agit de faire profil bas.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 30 juillet 1999, Mohammed VI (surnommé M6) montait sur le trône du Maroc pour succéder à son père Hassan II, mort une semaine plus tôt après trente-huit ans d’un interminable règne de fer. Il devenait à 36 ans le vingt-troisième monarque de la dynastie alaouite, le troisième à porter le titre de roi du Maroc. Avec une ambition affichée : être le roi des pauvres, proche du peuple. Vingt ans plus tard, il ne reste plus que le surnom. Le Maroc est le pays le plus inégalitaire d’Afrique du Nord, selon la très sérieuse ONG britannique Oxfam. Incapable de partager la richesse avec celles et ceux qui la créent. Il faudrait 154 ans à une personne payée au salaire minimum pour gagner ce que reçoit en douze mois l’un des milliardaires du royaume.