Avant son congrès, Podemos étale ses désaccords

Un violent combat de chefs entre Pablo Iglesias et son numéro deux, Íñigo Errejón, bouscule le mouvement anti-austérité Podemos. Au-delà de la bataille d’égos, c’est un débat de fond qui traverse le parti, sur les manières d’élargir son électorat dans les années à venir.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

De notre envoyé spécial à Madrid (Espagne) - Le nom de code du prochain congrès circule depuis l’automne : ce sera « Vistalegre II ». Mais il n'est pas encore certain qu'il se déroulera dans cette salle omnisports de la banlieue de Madrid, qui avait accueilli, en octobre 2014, le premier congrès fondateur de Podemos (« Vistalegre I »). À l’approche de cette « assemblée citoyenne » (du 10 au 12 février 2017), les principaux responsables du mouvement anti-austérité jouent à se faire peur. Sur les réseaux sociaux, à la télévision, dans la presse, Podemos étale ses divisions et expose ses doutes sur la stratégie à suivre.
« Il est fondamental que Podemos ne se convertisse pas en une coalition de courants, en un parti de barons, en un parti divisé pour toujours, en un parti qui ressemble à un gâteau, où chaque dirigeant dirait : ça, c’est ma part, et donc je veux autant d’argent et de postes… Si l’on s’y prend comme ça, on va devenir le PSOE [le parti socialiste – ndlr], et l’on sera morts », a mis en garde Pablo Iglesias, dans un entretien fin décembre à InfoLibre (site partenaire de Mediapart en Espagne). « Il se passe des choses qui mettent en danger la continuité du projet », a lâché, de son côté, Pablo Echenique, secrétaire à l’organisation du parti, et proche d’Iglesias.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Un magistrat ordonne la censure préalable d’une enquête de Mediapart
Saisi par l’avocat de Gaël Perdriau, le président du tribunal judiciaire de Paris a fait injonction à Mediapart de ne pas publier de nouvelles révélations sur les pratiques politiques du maire de Saint-Étienne, après celles du chantage à la sextape. Cette censure préalable, décidée sans débat contradictoire, est une attaque sans précédent contre la liberté de la presse.
par Edwy Plenel
Climat — Analyse
Jets de peinture et de soupe sur les œuvres d’art : « Ça vous choque ? Tant mieux ! »
Statue aspergée de peinture ce vendredi à Paris, jets de soupe et collages de mains ou de visages sur des tableaux : depuis des mois, des activistes du climat perturbent les grands musées internationaux. Est-ce si ridicule, alors que les gouvernements continuent d’échouer à mener les politiques nécessaires ?
par Jade Lindgaard
Protection de l’enfance : une mission sacrifiée — Enquête
Enfants maltraités mais obligés de patienter : les sacrifiés de la République
Bien que la justice ait identifié un danger au sein de leur famille, des centaines d’enfants sont laissés sans protection, à cause d’une pénurie de personnel et de places en foyer. Un phénomène dont les pouvoirs publics ignorent eux-mêmes l’ampleur. Mediapart a mené l’enquête pour la Journée internationale des droits de l’enfant, ce 20 novembre.
par Hugo Lemonier
Numérique — Analyse
Les géants du numérique redescendent sur terre
Pour la première fois, Google, Amazon, Facebook et consorts se heurtent au mur de la réalité. Confrontés à un retournement économique, leur réponse est semblable à celle des acteurs de l’économie traditionnelle : des licenciements massifs pour diminuer les coûts et plaire aux financiers. 
par Martine Orange