Dossier Chili : une nouvelle ère politique

Un processus constituant a eu lieu de juillet 2021 à juillet 2022 au Chili dans la foulée des manifestations d’octobre 2019, l’une des plus graves crises sociales de l’histoire récente du pays. Le nouveau texte qui doit remplacer la Constitution laissée par le dictateur Pinochet doit être approuvé ou non lors d’un référendum dimanche 4 septembre. Retrouvez les articles de Mediapart sur ce processus chilien inédit.

Après le rejet massif de la nouvelle Constitution, le président chilien est affaibli

Des partisans du « non » célèbrent leur victoire à Santiago le dimanche 4 septembre. © Photo Martin Bernetti/AFP
Contre toute attente, le Chili a dit « non » au texte soumis par la Convention constitutionnelle. Le président Gabriel Boric a invité tous les secteurs politiques à se réunir pour trouver un nouveau projet. Il a annoncé qu’il lancera un nouveau processus constituant, avec le Congrès comme protagoniste.

Les Chiliens rejettent massivement la nouvelle Constitution

Amérique du Sud

Jour de vote au Chili, le 4 septembre 2022, à Osorno. © Fernando Lavoz / NurPhoto via AFP
Près de 62 % de l’électorat a refusé le texte qui devait remplacer celui hérité de la dictature de Pinochet. Mais le président Gabriel Boric a aussitôt annoncé sa volonté de relancer « un nouveau processus constitutionnel ».

Avec sa nouvelle Constitution, le Chili veut inclure les autochtones

Amérique du Sud

Le 9 août 2022, des autochtones Mapuches portent des banderoles en faveur du « oui » à la nouvelle Constitution à Temuco.
Dimanche 4 septembre, plus de 15 millions de Chiliens se prononcent sur le texte issu d’un an de travaux au sein de l’Assemblée constituante, un référendum capital. Parmi les innovations qui ont suscité débats et fantasmes durant la campagne figure le caractère « plurinational » de la nation chilienne.

Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution

Amérique Latine

Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 

Au Chili, la Constituante s’achève dans la douleur

Amérique du Sud

Le 4 septembre prochain, les Chiliens sont appelés à se prononcer sur le texte né des débats de l’Assemblée constituante. Mais cette dernière doit faire face à une campagne de désinformation, le tout sur fond de désenchantement face aux premiers mois du mandat du président de gauche Gabriel Boric.

Le difficile chemin du Chili vers une Constitution écologique

Amériques

La Convention constitutionnelle tente de renforcer les droits de la nature face aux intérêts privés. Carolina Vilches, géographe et militante pour le droit à l’eau, siège dans la commission sur l’environnement. Elle explique les résistances qu’elle rencontre. 

Le nouveau président chilien veut que l’Amérique latine « retrouve sa voix dans le monde »

Amérique du Sud

Lundi, à peine intronisé, le président de gauche Gabriel Boric a donné sa première conférence de presse aux médias étrangers et expliqué vouloir renforcer l’intégration régionale, notamment sur les migrations. Exposant sa vision de la politique étrangère, il a souhaité apporter une « aide humanitaire » à l’Ukraine.

Dès son premier jour de mandat, le nouveau président chilien bouscule le protocole

Amérique du Sud

À Santiago le 11 mars 2022, avant le discours de Gabriel Boric. © Photo Cris Saavedra Vogel/Anadolu Agency/AFP
Élu en décembre dernier avec plus de quatre millions de voix, Gabriel Boric est devenu, vendredi 11 mars, le plus jeune chef d’État de l’histoire chilienne. Près de 50 ans après la fin tragique du socialiste Salvador Allende, renversé par les militaires, l’ancien dirigeant étudiant, âgé de 36 ans, entend se débarrasser de l’héritage néolibéral de la dictature de Pinochet.

Tous les articles

Gabriel Salazar : « Une autre explosion sociale est probable au Chili »

Amérique du Sud

L’historien chilien Gabriel Salazar, spécialiste des mouvements sociaux et du pouvoir populaire constituant, s’interroge sur l’avenir du nouveau président de gauche au Chili. Pour lui, Gabriel Boric doit se mettre au service de la Convention constitutionnelle, au risque d'une nouvelle révolte.

Manuel García : « Au Chili, une chanson peut vraiment changer ta vie »

Amérique Latine

Depuis 2019, la chanson engagée accompagne l’explosion sociale au Chili. Elle a aussi participé à la victoire de Gabriel Boric à la présidentielle le 19 décembre. Manuel García, chanteur-poète proche du Parti communiste, revient sur ces mois où les chants de l’Unité populaire sont devenus « plus actuels que jamais ».

Au Chili, le réveil antifasciste fait gagner la gauche

Amérique du Sud

Prenant appui sur un large front antifasciste de la jeunesse et de la génération du coup d’État, Gabriel Boric a mené une intense campagne de politisation pour faire reculer l’extrême droite et une abstention galopante. Sa victoire avec 56 % des voix est à la hauteur espérée.

Au Chili, Gabriel Boric offre une victoire inédite à la gauche

Amérique du Sud

À la tête d’une vaste alliance allant du parti communiste au centre gauche, l’ex-député et ancien leader étudiant de 35 ans l’a emporté à 56 % des voix contre le candidat d’extrême droite, José Antonio Kast. Gabriel Boric incarne une nouvelle gauche, à la fois modérée et en rupture avec les forces qui ont assuré la « transition à la démocratie ». Il a promis d’en finir avec le legs néolibéral de la dictature.

Au Chili, l’avenir incertain des prisonniers de la révolte

Amérique du Sud

Interpellés pendant la révolte sociale de 2019, de jeunes manifestants chiliens sont toujours en prison préventive dans l’attente de leur jugement. Des associations de défense des droits humains réclament leur amnistie. Un sujet brûlant pour le candidat de gauche à la présidentielle, Gabriel Boric.

Au Chili, le pari du candidat de gauche pour battre l’extrême droite

Amérique du Sud

Pour éviter la victoire du candidat de l’extrême droite, José Antonio Kast, au second tour de la présidentielle dimanche 19 décembre, son rival de gauche Gabriel Boric mise sur une mobilisation des forces de gauche, sur le  centre et les indécis.

Au Chili, la mort de la veuve de Pinochet est célébrée avec joie et amertume

Amérique du Sud

Lucía Hiriart de Pinochet est décédée à 98 ans, quelques jours avant le deuxième tour de l’élection présidentielle, à laquelle concourt un nostalgique de la dictature de son mari.  

Dans un Chili divisé, un duel entre l’extrême droite et la gauche au second tour de la présidentielle

Amérique du Sud

Le candidat d’extrême droite, José Antonio Kast, arrivé en tête, et celui de la gauche, Gabriel Boric, seront opposés pour le second tour, le 19 décembre. Dans ce scrutin à surprises, Franco Parisi, qui a fait campagne depuis l’étranger, a dépassé les partis historiques.