Lamia Oualalou

Journaliste, correspondante en Amérique Latine. Après une décennie au Brésil, je viens de m'installer au Mexique, l'autre géant de la région. Mais mon coeur palpite toujours pour Rio de Janeiro, Buenos Aires, La Paz, Santiago ou Caracas. Samba, donc, car le rythme ne me quittera plus, je vais continuer à esquisser billets et articles sur toute la région, avec un accent particulier sur le Brésil et le Mexique. Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Brésil: les «nouveaux prolétaires» feront l'élection présidentielle

    Par
    Lula mène campagne pour la réélection de Roussef. © Ricardo Stuckert.Instituto Lula Lula mène campagne pour la réélection de Roussef. © Ricardo Stuckert.Instituto Lula

    Dilma Rousseff sera-t-elle réélue présidente, alors que se tient dimanche le premier tour de l'élection ? Pour André Singer, inventeur à São Paulo du concept du « lulisme », ce sont les quarante millions de personnes sorties de la pauvreté ces dix dernières années qui feront le scrutin. Soutiendront-elles encore le Parti des travailleurs, ou opteront-elles pour le programme libéral de Marina Silva ? Explications.

  • Au Brésil, Marina Silva bouleverse la campagne présidentielle

    Par
    Marine Silva. © Reuters Marine Silva. © Reuters

    L'ancienne ministre écologiste de Lula, qui avait rompu avec fracas avec le PT, menace directement la réélection de Dilma Rousseff. Mais son appartenance à une église pentecôtiste réputée pour son conservatisme social, son programme néolibéral et ses liens avec l'agrobusiness et les milieux financiers fragilisent son ascension. Enquête sur un itinéraire politique qui peut pourtant séduire les classes moyennes.

  • Mondial: l’humour contre la fin du monde

    Par
    La chanteuse Carmen Miranda. La chanteuse Carmen Miranda.

    Passés la stupeur et les tremblements, les Brésiliens se remettent avec humour de la raclée infligée par l'Allemagne (7-1). Tout en ayant conscience que l'humiliation n'est peut-être pas terminée : une partie du pays pourrait assister à son pire cauchemar, voir dimanche l’Argentine couronnée dans le stade Maracana.

  • Brésil: quand Fifa rime avec mafia

    Par
    Bon nombre de supporters ont quitté le stade avant même la fin du match. © Marcello Casal Jr/ Agência Brasil Bon nombre de supporters ont quitté le stade avant même la fin du match. © Marcello Casal Jr/ Agência Brasil

    La catastrophe historique qui a frappé mardi 8 juillet l'équipe brésilienne, massacrée par 7 buts allemands, a éclipsé ce qui est un autre événement : le démantèlement d'un système de billetterie clandestine logé au cœur même de la Fifa, dont il se confirme qu'elle rime bel et bien avec mafia. Les autorités brésiliennes prennent ainsi leur revanche sur une organisation qui leur a dicté ses conditions.

  • Mondial: ces joueurs qui pleurent, faute de parler

    Par
    Neymar consolé par l'entraîneur brésilien. © Marcelo Casal Jr/Agência Brasila Neymar consolé par l'entraîneur brésilien. © Marcelo Casal Jr/Agência Brasila

    Pourquoi ces torrents de larmes versés sur le terrain par les joueurs de la Seleçao ? Une psychologue a été convoquée par l'entraîneur. Et l'explication tient aussi au verrouillage complet de la parole, tel qu'organisé par la Fifa, et qui laisse les journalistes bredouilles.

  • Mondial: mais où est passée la mascotte Fuleco?

    Par
    Le «tatu-bola» ou tatou à trois bandes, quand il se roule en boule pour se protéger d'attaques. © Association Caatinga Le «tatu-bola» ou tatou à trois bandes, quand il se roule en boule pour se protéger d'attaques. © Association Caatinga

    C'est la mascotte du Mondial: un tatou à trois bandes, espèce protégée qu'on ne trouve qu'au Brésil. La Fifa a entériné ce choix et la machine à royalties a fonctionné à plein. La Fifa préfère désormais ne plus en parler, refusant de financer à plein des plans de protection de la biodiversité et des espèces animales.

  • Le Mondial des Latinos

    Par
    Argentin à Belo Horizonte  © Gonçalves PMPA Argentin à Belo Horizonte © Gonçalves PMPA

    Alors que la première phase éliminatoire vient de s’achever, 7 des 16 pays qualifiés sont de la région : Argentine, Brésil, Chili, Colombie, Costa Rica, Mexique et Uruguay. La chaleur humaine fait la différence.

  • Mondial: la coupe des paires de fesses

    Par
    Givanildo Vieira de Souza. © UOL.com.br Givanildo Vieira de Souza. © UOL.com.br

    Givanildo Vieira de Souza: c'est le postérieur le plus fameux au Brésil. Il enflamme les réseaux sociaux, tandis que la coupe du monde donne lieu à une avalanche de clichés sexistes où les femmes sont là pour décorer les tribunes et où les homosexuels sont pourchassés à longueur de commentaires.

  • Mondial: Brésil-Argentine, comme il est bon de se détester

    Par

    Des milliers de supporters argentins occupent Rio de Janeiro et déploient leurs banderoles : « Dieu est Maradona, le Pape est François, le Roi est Messi ». Depuis 1950, la concurrence entre les deux pays n'a jamais cessé. Et les Brésiliens sont tous d'accord : « Gagner c’est bon, mais battre l’Argentine, c’est encore meilleur. »

  • Mondial: montré ou ignoré par les télés brésiliennes

    Par

    Les insultes fusant dans le stade contre la présidente Dilma Rousseff et Joseph Blatter (Fifa) ont donné lieu à une guerre de communication sur les télévisions. En revanche, la manifestation surprise d'un jeune Indien guarani, visant à défendre les terres ancestrales des tribus indigènes, a été soigneusement tue.