Laurent Mauduit

Journaliste au Quotidien de Paris (1979), puis à l'Agence centrale de Presse (1979-1984), à La Tribune de l'économie (1984-1990). Chef du service économique de Libération (1991-1994) avant d'entrer au Monde, en charge de la politique économique française (1995-1999), puis rédacteur en chef du service Entreprises (1999-2003), directeur adjoint de la rédaction (2003-2005), éditorialiste (2006). Quitte Le Monde, en décembre 2006, en désaccord avec la politique éditoriale. Cofondateur de Mediapart. Auteur des ouvrages suivants:

 - Histoire secrète des dossiers noirs de la gauche (en collaboration), Éditions Alain Moreau, 1986

- La grande méprise (en collaboration), Grasset, 1996

- La gauche imaginaire et le nouveau capitalisme (avec Gérard Desportes), Grasset, 1999

 - Voyage indiscret au cœur de l’État (en collaboration), Éditions Le Monde-Le Pré aux Clercs, 2000

 - Les stock-options (avec Philippe Jaffré), Grasset, 2002

- L’adieu au socialisme (avec Gérard Desportes), Grasset, 2002

- Jacques le Petit, Stock, 2005

- Petits conseils, Stock, 2007

- Sous le Tapie, Stock, 2008

- Les 110 propositions, 1981-2011 - Manuel critique à l'usage des citoyens qui rêvent encore de changer la vie, Don Quichotte, 2011 (ouvrage collectif de la rédaction de Mediapart) 

- Les imposteurs de l'économie, Editions Gawsewitch, 2012 (Réédité en 2013 par les Editions Pocket)

- L'étrange capitulation, Editions Gawsewitch, 2013. Cet ouvrage a été réédité en version numérique en mars 2015 par les éditions Don Quichotte.

- Tapie, le scandale d'Etat, Stock, 2013 - Cette affaire a aussi donné lieu à un documentaire Tapie et la République - Autopsie d'un scandale d'Etat (70', Nova Production), que j'ai co-écrit avec le réalisateur Thomas Johnson et qui a été diffusé la première fois par France 5 le 31 mars 2015.

- A tous ceux qui ne se résignent pas à la débâcle qui vient (Don Quichotte, 2014)

- Main basse sur l'information (Don Quichotte, 2016)

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Vive l'impôt!

    Par
    Coup sur coup, la Cour des comptes et les commissions de l'Assemblée nationale viennent de publier trois rapports sur le système français des prélèvements dont les conclusions convergent: la France a conduit une politique à marche forcée de baisse des impôts et des cotisations qui menace les équilibres financiers mais tout autant les équilibres sociaux. Trois rapports qui invitent la droite et la gauche à un grand débat: comme le préconise l'économiste Thomas Piketty, ne faut-il pas envisager une véritable « révolution fiscale »?
  • Trois ans de cadeaux fiscaux: les déficits publics trinquent

    Par
    Dans un rapport publié mercredi 25 juin, la Cour des comptes relève que les déficits structurels français ont atteint 2,9% du PIB en 2007. Face à l'actuelle stagnation économique, la France pourrait donc en 2008 violer le fameux critère des 3% édicté par le traité de Maastricht. Les magistrats révèlent que la politique à marche forcée de baisse des impôts d'Etat (22 milliards d'euros depuis trois ans, d'abord au profit des plus hauts revenus) explique pour partie le délabrement des finances publiques.
  • Eiffage: un grand merci à l'ami Nicolas

    Par
    Parue pleine page dans Le Figaro de mercredi, et plusieurs titres de la presse des affaires, cette publicité mérite d'être décryptée. Après les interventions en sous-main de l'Elysée dans l'affaire Eiffage-Sacyr, elle manque d'un sous-titre: «Un grand merci à Nicolas Sarkozy!»
  • Publicité mensongère sur le pouvoir d'achat

    Par

    Le gouvernement lance, ce lundi 23 juin, une grande campagne de publicité pour chanter les louanges de la politique économique qu'il conduit. Une campagne très onéreuse – plus de 4 millions d'euros – et surtout d'une honnêteté douteuse : dans ses spots, le gouvernement suggère qu'il va gagner la bataille sur le pouvoir d'achat, au moment où ce pouvoir d'achat stagne, et où le Smic ne bénéficie d'aucun coup de pouce.

  • L'Insee s'alarme d'une économie française tombée en panne

    Par
    L'Insee publie ce vendredi 20 juin une « note de conjoncture » très alarmiste: la croissance de l'économie française serait de 0,2%, puis 0% et 0,2% au cours des trois derniers trimestres de 2008. En clair, sous les effets du choc pétrolier et de la crise financière, la France est presque en situation de croissance nulle. Stagnation du pouvoir d'achat, décélération des créations d'emplois, interruption du reflux du chômage : tous les grands indicateurs économiques sont au rouge. Lire aussi notre parti pris: « Les eaux glacées du calcul égoïste ».
  • Les eaux glacées du calcul égoïste

    Par
    A première vue, on pourrait penser que Nicolas Sarkozy réitère la même erreur de politique économique qu'en 1993, lors de la récession, en conduisant une politique de l'offre alors qu'une politique de la demande serait plus appropriée. La comparaison n'est pourtant qu'à demi-pertinente. Car si le chef de l'Etat refuse en effet de soutenir une consommation qui, pourtant, vacille, il ne conduit pas pour autant une politique d'aide aux entreprises. Sa préférence va plutôt à des largesses en faveur d'une clientèle très fortunée.
  • 35 heures: dix années de quiproquos

    Par

    Les 35 heures donnent lieu à des débats souvent biaisés. La droite prétend qu'elle remet en cause cette réforme au motif qu'elle découle d'une vision archaïque de l'économie – alors qu'en réalité le but poursuivi par le gouvernement est beaucoup plus large et vise une remise en cause de nombreuses dispositions du code du travail. La gauche, de son côté, peine à tirer un bilan serein de cette réforme qui a entraîné rigueur salariale et flexibilité du travail.

  • Alain Minc fait la fête dans les jardins de l'Observatoire

    Par
    Figure emblématique du capitalisme parisien, Alain Minc a invité à une fête, jeudi 12 juin au soir, dans les jardins de l'Observatoire de Paris près de 150 figures connues du monde de la politique, de la presse et de la vie des affaires. Une fête sans objet particulier mais qui souligne des réseaux d'amitiés sinon de connivence. Notamment au sein du monde de la télévision en plein bouleversement du fait des projets de l'Elysée.
  • Télévision, Livret A: des réformes imprévues passent en douce à l'Assemblée

    Par et
    A l'occasion de l'examen du projet de loi dit de modernisation de l'économie, les députés viennent d'adopter à la va-vite deux amendements de grande portée. Le premier vise à assouplir l'un des dispositifs anti-concentration prévus pour la télévision et, particulièrement, pour les chaînes installées sur la TNT. Le second a pour objet de décharger les Caisses d'épargne de l'obligation légale de financer des projets (55,7 millions d'euros en 2007) de lutte contre l'exclusion.
  • Thomas Piketty plaide pour une « révolution fiscale »

    Par
    Pour éclairer les enjeux de la mini réforme voulue par Nicolas Sarkozy des niches fiscales, Mediapart a réalisé un long entretien, en audio, avec Thomas Piketty, l'un des meilleurs spécialistes français des questions fiscales. Très critique à l'encontre du projet de l'Elysée, mais aussi à l'encontre de l'idée d'un plafonnement général de ces niches, défendue par certains socialistes, l'économiste préconise une réforme beaucoup plus ambitieuse, reposant sur une fusion de l'impôt sur le revenu et de la CSG.