Laurent Mauduit

Journaliste au Quotidien de Paris (1979), puis à l'Agence centrale de Presse (1979-1984), à La Tribune de l'économie (1984-1990). Chef du service économique de Libération (1991-1994) avant d'entrer au Monde, en charge de la politique économique française (1995-1999), puis rédacteur en chef du service Entreprises (1999-2003), directeur adjoint de la rédaction (2003-2005), éditorialiste (2006). Quitte Le Monde, en décembre 2006, en désaccord avec la politique éditoriale. Cofondateur de Mediapart. Auteur des ouvrages suivants:

 - Histoire secrète des dossiers noirs de la gauche (en collaboration), Éditions Alain Moreau, 1986

- La grande méprise (en collaboration), Grasset, 1996

- La gauche imaginaire et le nouveau capitalisme (avec Gérard Desportes), Grasset, 1999

 - Voyage indiscret au cœur de l’État (en collaboration), Éditions Le Monde-Le Pré aux Clercs, 2000

 - Les stock-options (avec Philippe Jaffré), Grasset, 2002

- L’adieu au socialisme (avec Gérard Desportes), Grasset, 2002

- Jacques le Petit, Stock, 2005

- Petits conseils, Stock, 2007

- Sous le Tapie, Stock, 2008

- Les 110 propositions, 1981-2011 - Manuel critique à l'usage des citoyens qui rêvent encore de changer la vie, Don Quichotte, 2011 (ouvrage collectif de la rédaction de Mediapart) 

- Les imposteurs de l'économie, Editions Gawsewitch, 2012 (Réédité en 2013 par les Editions Pocket)

- L'étrange capitulation, Editions Gawsewitch, 2013. Cet ouvrage a été réédité en version numérique en mars 2015 par les éditions Don Quichotte.

- Tapie, le scandale d'Etat, Stock, 2013 - Cette affaire a aussi donné lieu à un documentaire Tapie et la République - Autopsie d'un scandale d'Etat (70', Nova Production), que j'ai co-écrit avec le réalisateur Thomas Johnson et qui a été diffusé la première fois par France 5 le 31 mars 2015.

- A tous ceux qui ne se résignent pas à la débâcle qui vient (Don Quichotte, 2014)

- Main basse sur l'information (Don Quichotte, 2016)

- La Caste. Enquête sur cette haute fonction publique qui a pris le pouvoir (La Découverte, septembre 2018).

Consulter ici ma déclaration d'intérêts

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • La SNCF accuse la Deutsche Bahn de piratage

    Par
  • Affaire Tapie: au PS mieux vaut (trop) tard que jamais!

    Par
    Le parti socialiste a annoncé, jeudi 11 décembre, qu'il se décidait enfin à demander officiellement la constitution d'une commission d'enquête parlementaire au sujet de l'affaire Tapie. Cinq mois après l'octroi par un tribunal arbitral de 390 millions d'euros à l'ex-hommes d'affaires, la réaction paraît bien tardive. Les socialistes agissent alors que Bernard Tapie va percevoir son pactole. Mieux vaut tard que jamais, certes. Mais là, c'est presque trop tard. Parti pris.
  • A l'Insee, la grogne s'étend, les statistiques sont bloquées

    Par
    En raison du mouvement social, qui prend de l'ampleur à l'Insee, les statistiques de créations d'emplois salariés dans le secteur concurrentiel n'ont pas été publiées, jeudi 11 décembre à 8h45 comme prévu. Le blocage a aussi touché la parution de l'estimation de l'évolution de l'emploi salarié au mois d'octobre 2008, de même que le site internet de l'institut. Les statisticiens publics protestent contre un projet de délocalisation mais aussi contre la remise en cause de leur indépendance.
  • Les vrais chiffres du plan de relance

    Par
  • Pertes en Bourse: Fillon enterre l'amendement Marini

    Par

    L’amendement envisagé par le rapporteur général du budget au Sénat, Philippe Marini (UMP), visant à rendre les pertes en Bourse partiellement déductibles de l’impôt sur le revenu, va rapidement tomber aux oubliettes. Au cœur d’une controverse ces deux derniers jours, il a été vivement critiqué par la gauche, mais aussi par certains dirigeants de droite. En fin de matinée, lundi 8 décembre, le premier ministre, François Fillon a indiqué, par communiqué, que le gouvernement «donnera un avis défavorable».

  • Un amendement scandaleux au profit des plus riches

    Par
    Le rapporteur général du budget au Sénat, Philippe Marini (UMP), qui est proche de l'Elysée, va proposer lundi 8 décembre un amendement qui vise à rendre partiellement déductibles de l'impôt sur le revenu les pertes boursières de 2008. La disposition a été imaginée «en concertation» avec le ministère des finances. La mesure est aussi farfelue que scandaleuse. Aucun gouvernement au monde n'a pris une mesure aussi choquante. En d'autres temps, on aurait parlé d'une politique de classe. Parti pris.
  • Insee: vent de fronde et blocage des statistiques

    Par
    Le rapport Cotis-Duport, suggérant de limiter à 500 le nombre des transferts de statisticiens publics à Metz (et de créer par ailleurs 120 emplois) au lieu des 1.000 voulus par l'Elysée, n'a pas apaisé la fronde des agents et administrateurs de l'Insee, qui craignent un démantèlement de l'institut et une remise en cause de son indépendance. Une semaine de "perturbations" a été décidée par le Comité de défense de la statistique publique, pouvant aller jusqu'au blocage des publications statistiques.
  • La face cachée du plan de relance de Sarkozy

    Par et
    Le plan de relance présenté, jeudi 4 décembre, par Nicolas Sarkozy a une face cachée: si officiellement 26 milliards d'euros sont engagés pour soutenir l'économie face à la récession, l'Elysée en profite pour faire passer toute une série de mesures qui lui tiennent à cœur. La plus spectaculaire est celle qui entaille profondément la législation anti-corruption des années 1990 concernant les marchés publics. Minoration des déficits publics, nouveau détournement des fonds du Livret A, faiblesse du volet social du plan anti-crise: Mediapart détaille, mesure par mesure, les habiletés ou cachotteries sarkoziennes. Parti pris.
  • Sarkozy et les "arabes": pataques entre Paris et Prague

    Par
  • La peste et le choléra au Zimbabwe

    Par