Laurent Mauduit

Journaliste au Quotidien de Paris (1979), puis à l'Agence centrale de Presse (1979-1984), à La Tribune de l'économie (1984-1990). Chef du service économique de Libération (1991-1994) avant d'entrer au Monde, en charge de la politique économique française (1995-1999), puis rédacteur en chef du service Entreprises (1999-2003), directeur adjoint de la rédaction (2003-2005), éditorialiste (2006). Quitte Le Monde, en décembre 2006, en désaccord avec la politique éditoriale. Cofondateur de Mediapart. Auteur des ouvrages suivants:

 - Histoire secrète des dossiers noirs de la gauche (en collaboration), Éditions Alain Moreau, 1986

- La grande méprise (en collaboration), Grasset, 1996

- La gauche imaginaire et le nouveau capitalisme (avec Gérard Desportes), Grasset, 1999

 - Voyage indiscret au cœur de l’État (en collaboration), Éditions Le Monde-Le Pré aux Clercs, 2000

 - Les stock-options (avec Philippe Jaffré), Grasset, 2002

- L’adieu au socialisme (avec Gérard Desportes), Grasset, 2002

- Jacques le Petit, Stock, 2005

- Petits conseils, Stock, 2007

- Sous le Tapie, Stock, 2008

- Les 110 propositions, 1981-2011 - Manuel critique à l'usage des citoyens qui rêvent encore de changer la vie, Don Quichotte, 2011 (ouvrage collectif de la rédaction de Mediapart) 

- Les imposteurs de l'économie, Editions Gawsewitch, 2012 (Réédité en 2013 par les Editions Pocket)

- L'étrange capitulation, Editions Gawsewitch, 2013. Cet ouvrage a été réédité en version numérique en mars 2015 par les éditions Don Quichotte.

- Tapie, le scandale d'Etat, Stock, 2013 - Cette affaire a aussi donné lieu à un documentaire Tapie et la République - Autopsie d'un scandale d'Etat (70', Nova Production), que j'ai co-écrit avec le réalisateur Thomas Johnson et qui a été diffusé la première fois par France 5 le 31 mars 2015.

- A tous ceux qui ne se résignent pas à la débâcle qui vient (Don Quichotte, 2014)

- Main basse sur l'information (Don Quichotte, 2016)

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Balladur analyse la crise (Les Echos)

    Par
  • Réorganisation syndicale à la SNCF

    Par
  • Le Fonds de réserve des retraites a perdu près de 5 milliards

    Par

    Au cours des neuf premiers mois de 2008, le Fonds de réserve des retraites (FRR) a perdu un peu moins de 5 milliards d'euros du fait de la crise financière. Ses actifs ne sont plus que de 30 milliards d'euros environ. De plus, avec la récession et le regain du chômage, la masse salariale va augmenter moins vite que prévu. Ce qui affectera le régime des retraites, dont le déficit est déjà évalué à plus de 5 milliards d'euros en 2008 et 2009.

  • Affaire Tapie: cinq recours en justice sont engagés

    Par
    Mediapart dévoile les cinq recours en justice qui ont été déposés, après la sentence qui a alloué 390 millions d'euros à Bernard Tapie. Le président du Modem, François Bayrou, a déposé deux requêtes devant le tribunal administratif de Paris pour faire annuler les instructions données dans cette affaire par la ministre des finances. Le député (Nouveau Centre) Charles de Courson a déposé une requête de même nature, de même que le parti socialiste. De son côté, une association de contribuables va introduire un recours devant la Cour d'appel de Paris.
  • Crise financière: l'encombrant héritage de la gauche

    Par

    L'Assemblée nationale a débattu, mercredi 8 octobre, de la crise financière et de la politique du gouvernement. Les socialistes ont profité de l'occasion pour avancer certains propositions et formuler des critiques. Mais elles pâtissent d'un lourd handicap: une partie des déréglementations de ces vingt dernières années est due à des gouvernements de gauche

  • L'argent des patrons: Sarkozy au pied du mur

    Par
    Les deux grandes associations du patronat, le Medef et l'Afep, ont rendu public, lundi 6 octobre, un code de bonne conduite pour limiter les abus concernant les rémunérations des chefs d'entreprise. Les règles sont toutefois très peu contraignantes. Elles placent Nicolas Sarkozy au pied du mur, lui qui avait promis une inititiative du gouvernement, dès mercredi, si une moralisation n'intervenait pas.
  • L'argent des PDG: le scandale Sanofi

    Par
    Alors que Nicolas Sarkozy multiplie les déclarations contre les rémunérations abusives de certains grands patrons et annonce un projet de loi contre les parachutes dorés dans "les prochaines semaines", Sanofi-Aventis va devenir un cas d'école. Le groupe pharmaceutique vient d'embaucher un nouveau directeur général à des conditions financières absolument mirobolantes. Prime d'arrivée, salaire exorbitant, golden parachute, retraite chapeau: le tout pèse plusieurs millions d'euros. L'embauche vient d'être conclue alors que le groupe a confirmé aujourd'hui un nouveau plan social visant à supprimer plus de 900 emplois.
  • Les erreurs françaises révélées par la crise

    Par

    La crise financière a un effet de loupe: elle permet de mieux cerner certaines erreurs de politique économique commises par Nicolas Sarkozy et quelques-uns de ses prédécesseurs. De la politique budgétaire à la politique fiscale, en passant par la course aux privatisations: ce sont plus de deux décennies de déréglementation effrénée dont on mesure les ravages au travers des turbulences mondiales qui affectent la France. Radiographie en forme de parti pris. Lire aussi les résultats de la réunion d'hier à l'Elysée:

  • Radiographie du budget d'austérité pour 2009

    Par
    Après examen en conseil des ministres, vendredi 26 septembre, le gouvernement a présenté les grandes lignes de son projet de loi de finances pour 2007. Faute de marges de manœuvres, qui ont été consommées l'an passé, Bercy est placé dans la pire des situations: conduire une politique budgétaire récessive, au pire moment, précisément quand la récession menace. Hypothèses économiques, dépenses, impôts: Mediapart publie une radiographie de ce projet de loi et met en ligne les principaux documents publiés par le ministère des finances.
  • Sarkozy, le révolutionnaire d'opérette

    Par
    Sur un ton radical, avec des accents souverainistes, Nicolas Sarkozy a dénoncé, jeudi 25 septembre, lors de son discours de Toulon, les excès du capitalisme financier. Mais quand il en est venu à énoncer des propositions concrètes, le ton, soudainement, est devenu beaucoup plus flou ou elliptique. Lire également notre article: le projet de budget 2009 présenté aujourd'hui ignore l'ampleur de la crise.