Laurent Mauduit

Journaliste au Quotidien de Paris (1979), puis à l'Agence centrale de Presse (1979-1984), à La Tribune de l'économie (1984-1990). Chef du service économique de Libération (1991-1994) avant d'entrer au Monde, en charge de la politique économique française (1995-1999), puis rédacteur en chef du service Entreprises (1999-2003), directeur adjoint de la rédaction (2003-2005), éditorialiste (2006). Quitte Le Monde, en décembre 2006, en désaccord avec la politique éditoriale. Cofondateur de Mediapart. Auteur des ouvrages suivants:

 - Histoire secrète des dossiers noirs de la gauche (en collaboration), Éditions Alain Moreau, 1986

- La grande méprise (en collaboration), Grasset, 1996

- La gauche imaginaire et le nouveau capitalisme (avec Gérard Desportes), Grasset, 1999

 - Voyage indiscret au cœur de l’État (en collaboration), Éditions Le Monde-Le Pré aux Clercs, 2000

 - Les stock-options (avec Philippe Jaffré), Grasset, 2002

- L’adieu au socialisme (avec Gérard Desportes), Grasset, 2002

- Jacques le Petit, Stock, 2005

- Petits conseils, Stock, 2007

- Sous le Tapie, Stock, 2008

- Les 110 propositions, 1981-2011 - Manuel critique à l'usage des citoyens qui rêvent encore de changer la vie, Don Quichotte, 2011 (ouvrage collectif de la rédaction de Mediapart) 

- Les imposteurs de l'économie, Editions Gawsewitch, 2012 (Réédité en 2013 par les Editions Pocket)

- L'étrange capitulation, Editions Gawsewitch, 2013. Cet ouvrage a été réédité en version numérique en mars 2015 par les éditions Don Quichotte.

- Tapie, le scandale d'Etat, Stock, 2013 - Cette affaire a aussi donné lieu à un documentaire Tapie et la République - Autopsie d'un scandale d'Etat (70', Nova Production), que j'ai co-écrit avec le réalisateur Thomas Johnson et qui a été diffusé la première fois par France 5 le 31 mars 2015.

- A tous ceux qui ne se résignent pas à la débâcle qui vient (Don Quichotte, 2014)

- Main basse sur l'information (Don Quichotte, 2016)

- La Caste. Enquête sur cette haute fonction publique qui a pris le pouvoir (La Découverte, septembre 2018).

Consulter ici ma déclaration d'intérêts

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • La Caisse des dépôts va changer de stratégie... et de patron

    Par
    L'Elysée souhaite changer la stratégie de la Caisse des dépôts et consignations (CDC), pour qu'elle se transforme en un fonds souverain, sur le modèle des grands fonds asiatiques ou arabes. Au détour, Nicolas Sarkozy évincerait l'actuel directeur général, Augustin de Romanet, un proche de Jacques Chirac, et mettrait dans la place un homme d'affaires très proche de lui. Il garderait ainsi la main sur l'institution financière la plus importante en France.
  • Les socialistes en quête d'une politique économique

    Par

    Les différentes contributions des ténors du parti socialiste étant maintenant publiées, en prévision de leur congrès de Reims, les contours de ce que pourrait être la future politique économique et sociale, en cas d'alternance, prennent forme. Peu de grandes surprises ni d'idées franchement nouvelles: en dehors de quelques grandes réformes, comme la «révolution fiscale» préconisée par Ségolène Royal, ou la création d'un fonds souverain français, suggérée par Laurent Fabius, les socialistes ne renouvellent guère leur doctrine économique.

  • Les fonds étrangers relâchent leur pression sur le capitalisme français

    Par
    Les fonds étrangers, qui n'ont cessé depuis vingt ans de grignoter le capital des grandes entreprises françaises, au point d'en contrôler 45,3% en 2006, ont fortement reflué sous les effets de la crise financière. Fin 2007, le capital des entreprises du CAC 40 n'était plus contrôlé qu'à hauteur de 38,5% par les investisseurs étrangers. Mais le capitalisme français reste particulièrement fragile et demeure une proie alléchante pour de nouveaux investisseurs, tels les fonds souverains.
  • La mue de l'hétérodoxe Séguin en Père-la-rigueur

    Paradoxale histoire que celle de Philippe Séguin: hier chef de fil du camp français des hétérodoxes, inlassable partisan de « l'autre politique », il pourchasse désormais les déficits, en ses habits neufs de premier président de la Cour des comptes, comme d'autres pourfendaient autrefois les hérétiques. Avec la foi intolérante des nouveaux convertis.
  • La Cour des comptes refuse de certifier les comptes de la Sécu

    Lundi après-midi, la Cour des comptes, pour la deuxième année consécutive, rendait public son examen des comptes du régime général de la Sécurité sociale. Un jeu de massacre. Un refus de certification, trois impossibilités de dire si les comptes sont sincères ou pas, et cinq réserves. Au moment où certains s'interrogent sur l'avenir de la Sécu, la sentence de la Cour tombe à pic. Lire aussi le parti pris: «La mue de l'hétérodoxe Séguin en Père-la-rigueur».
  • Christine Lagarde, encore une gaffe!

    Par
    La ministre des finances multiplie les gaffes. Après avoir annoncé un plan de rigueur, aussitôt démenti par François Fillon, puis invité les Français à prendre leur vélo pour faire face au choc pétrolier, la voilà qui se réjouit d'une stabilisation du chômage. Alors qu'en réalité, il repart à la hausse...
  • Vive l'impôt!

    Par
    Coup sur coup, la Cour des comptes et les commissions de l'Assemblée nationale viennent de publier trois rapports sur le système français des prélèvements dont les conclusions convergent: la France a conduit une politique à marche forcée de baisse des impôts et des cotisations qui menace les équilibres financiers mais tout autant les équilibres sociaux. Trois rapports qui invitent la droite et la gauche à un grand débat: comme le préconise l'économiste Thomas Piketty, ne faut-il pas envisager une véritable « révolution fiscale »?
  • Trois ans de cadeaux fiscaux: les déficits publics trinquent

    Par
    Dans un rapport publié mercredi 25 juin, la Cour des comptes relève que les déficits structurels français ont atteint 2,9% du PIB en 2007. Face à l'actuelle stagnation économique, la France pourrait donc en 2008 violer le fameux critère des 3% édicté par le traité de Maastricht. Les magistrats révèlent que la politique à marche forcée de baisse des impôts d'Etat (22 milliards d'euros depuis trois ans, d'abord au profit des plus hauts revenus) explique pour partie le délabrement des finances publiques.
  • Eiffage: un grand merci à l'ami Nicolas

    Par
    Parue pleine page dans Le Figaro de mercredi, et plusieurs titres de la presse des affaires, cette publicité mérite d'être décryptée. Après les interventions en sous-main de l'Elysée dans l'affaire Eiffage-Sacyr, elle manque d'un sous-titre: «Un grand merci à Nicolas Sarkozy!»
  • Publicité mensongère sur le pouvoir d'achat

    Par

    Le gouvernement lance, ce lundi 23 juin, une grande campagne de publicité pour chanter les louanges de la politique économique qu'il conduit. Une campagne très onéreuse – plus de 4 millions d'euros – et surtout d'une honnêteté douteuse : dans ses spots, le gouvernement suggère qu'il va gagner la bataille sur le pouvoir d'achat, au moment où ce pouvoir d'achat stagne, et où le Smic ne bénéficie d'aucun coup de pouce.