La «souveraineté», nouveau mot-valise du champ politique

Par

La souveraineté est abondamment invoquée à travers tout le spectre partisan. Enquête sur un concept chargé de significations historiques et idéologiques bien différentes, qui rendent son maniement délicat. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au singulier ou au pluriel, se suffisant à elle-même ou parée d’adjectifs, la « souveraineté » fait un retour fracassant dans le discours politique à l’occasion de la crise sanitaire. Il y a les personnalités qu’on attendait dans ce rôle, comme Jean-Pierre Chevènement ou Arnaud Montebourg, et d’autres chez qui ce vocabulaire sonne de façon plus neuve, comme Raphaël Glucksmann. Même les Verts, toujours méfiants envers le primat de l’État-nation, préfèrent décliner le mot à d’autres échelles plutôt que de le récuser.