Claude McKay : races, classes et genre dans le Marseille halluciné des années 1930

Par

« Romance in Marseille », écrit en 1933, vient d’être publié pour la première fois. Dans la suite de son livre majeur, « Banjo », l’auteur jamaïcain décrit la vie de ces noirs venus d’Afrique, des États-Unis, de la Caraïbe, éblouis par « le port de rêve », ses bouges, ses filles et ses fêtes. C’est dans ce Marseille disparu que McKay explore la condition noire, l’injustice sociale et la sexualité.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est l’autre Marseille des années 1930. Pas la ville de Marcel Pagnol, de Marius, de Fanny, de César, pièces de théâtre puis films à succès. Pas de Raimu, pas de partie de cartes, de Bar de la Marine, de tirades larmoyantes. Rien de tout cela, mais des « nègres » et des « négros » en plein exercice de vie et de survie dans la Fosse, ce quartier entre le Vieux-Port et La Joliette qui fut rasé par l’occupant nazi en 1943.