Octobre 17. John Reed, un reporter en quête d’une cause

Par

Le journaliste américain a été un chroniqueur de premier plan du soulèvement d’Octobre 1917. À défaut d'avoir lui-même été un acteur de la révolution russe, son engagement forme la matrice d’un personnage récurrent dans la littérature mais surtout au cinéma : le révolutionnaire romantique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De tous les protagonistes, petits et grands, des révolutions de 1917, un seul a eu les honneurs d’une vaste fresque hollywoodienne, récompensée par de multiples oscars. Et c’est sans doute cette œuvre qui l’a sauvé de l’oubli. Sans Reds (1981), de et avec Warren Beatty, John Reed aurait probablement terminé dans les notes de bas de pages des ouvrages d’historiens, quand bien même il aurait été un chroniqueur de premier plan des événements d’Octobre. Témoin, mais pas acteur. Ou alors seulement à la marge, et uniquement en relation avec le mouvement communiste des États-Unis, c’est-à-dire sans grande importance.