«La pièce obscure», ou la mauvaise passe des Indignés espagnols

Par et

Dans La Pièce obscure, l’écrivain Isaac Rosa décrit une génération de jeunes Espagnols happés par un trou noir, comme une métaphore du marasme ibère. Et il met en scène, dans ce texte sombre et inconfortable, les limites politiques du mouvement « indigné » de 2011. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Comme il existe des livres que leurs éditeurs n’hésitent pas à qualifier de « classiques de la Shoah » (formule hélas attestée), il se développe aujourd’hui une littérature qui portera peut-être bientôt un bandeau rouge indiquant « un classique de la crise », pour signaler ces romans qui cherchent à rendre compte de la violente crise économique que nous traversons depuis la fin des années 2000. Pour l’instant, on ne sait pas même encore comment la nommer : crise de 2007 (mais ses répercussions durent encore) ? Crise des subprimes (mais c’est, bien au-delà, tout une part de l’économie mondiale qui en a été affectée) ?