«Il y a très peu de bonnes biographies, surtout de personnes vivantes»

Jean-Luc Godard réagit à la biographie que vient de lui consacrer Antoine de Baecque, il revient sur ses années d'engagement, se souvient d'André Glucksmann et surtout de Robert Linhart, de son rire, de l'incorruptibilité de la langue française, et se lamente de l'Europe en pleine crise grecque. Il cite Badiou, Sollers – et Michel Denisot.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Sixième des dix volets de l'entretien avec Jean-Luc Godard, tourné à Rolle dans son atelier le 27 avril 2010.