De Carrère à Enthoven, que vaut la vie d’un écrivain?

Par et

La rentrée littéraire croule sous les récits de soi, qui produisent le meilleur comme le pire. L’occasion de se demander quels rapports ces livres entretiennent au réel, et à la littérature, en revenant sur les deux grands succès du genre cet automne, Le Temps gagné, de Raphaël Enthoven, et Yoga, d’Emmanuel Carrère.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Encore plus que d’habitude, la rentrée littéraire est ultra-dominée par des récits de soi en forme d’autobiographies à peine fictionnées, du bien nommé La Vie ordinaire (Gallimard), d’Adèle Van Reeth, qui raconte ses études et sa grossesse, à La Petite Dernière, où Fatima Daas décrit sa vie en famille à Clichy et sa vie homosexuelle à Paris (lire ici la critique d’En attendant Nadeau et regarder là son entretien dans « À l’air libre ».)