Municipales: des villes secouées par les affaires

On parle souvent des « affaires » au niveau national. Mais elles minent la confiance dans la politique à tous les échelons. Et notamment au niveau municipal. Mediapart s’est penché sur plusieurs villes où la campagne électorale est marquée par des soupçons de corruption, d’emprise mafieuse, des plaintes pour violences sexuelles ou des accusations de sexisme.

Dans l’Essonne, un «système mafieux» surgit à la veille des municipales

Par
Les voitures de Mathieu Hillaire ont été incendiées. © DR Les voitures de Mathieu Hillaire ont été incendiées. © DR

Un opposant de gauche dont la maison est incendiée ; un autre, centriste, dont le portail explose ; deux maires par intérim qui jettent l’éponge ; un député de droite qui se représente pour la quatrième fois ; et des centaines de milliers d’euros de factures douteuses. Bienvenue à Étampes, commune de l’Essonne, où le climat de peur s’accentue à quelques semaines des élections.

A Tarbes, le maire ne sera jugé qu’au lendemain des municipales

Par
Gérard Trémège lors de la présentation de sa liste, en octobre 2019. © Twitter / @GerardTremege Gérard Trémège lors de la présentation de sa liste, en octobre 2019. © Twitter / @GerardTremege

Mis en cause dans plusieurs affaires, Gérard Trémège est renvoyé devant le tribunal correctionnel pour « travail dissimulé ». Son procès se tiendra après les municipales, alors que l’enquête est bouclée depuis 2018.