Dans l’Essonne, un «système mafieux» surgit à la veille des municipales

Par

Un opposant de gauche dont la maison est incendiée ; un autre, centriste, dont le portail explose ; deux maires par intérim qui jettent l’éponge ; un député de droite qui se représente pour la quatrième fois ; et des centaines de milliers d’euros de factures douteuses. Bienvenue à Étampes, commune de l’Essonne, où le climat de peur s’accentue à quelques semaines des élections.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Une ombre plane sur Étampes. Une tache noire qui assombrit, chaque jour un peu plus, l’horizon de cette commune de 25 000 habitants du sud de l’Essonne, qui vit désormais au rythme des menaces et incendies volontaires contre les opposants municipaux.