Seine-et-Marne: maires compromis cherchent électeurs compatissants

Par

En Seine-et-Marne, à Ozoir-la-Ferrière et à Saint-Thibault-des-Vignes, deux maires sortants mis en examen pour « corruption » se représentent dimanche. Mais d’autres communes du territoire sont touchées par les malversations d’un puissant promoteur.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«C’est un domaine privé, ici ! », s’emporte Jean-François Oneto, dans la cour de la mairie d’Ozoir-la-Ferrière, après avoir refusé de répondre aux questions de Mediapart. Maire (LR) depuis 2001, conseiller départemental de Seine-et-Marne depuis 2011, l’élu de 69 ans se représente aux municipales, en dépit de sa mise en examen pour « corruption passive », « prise illégale d’intérêts », « détournement de fonds publics » et « recel d’abus de biens sociaux » dans l’affaire des malversations du groupe France Pierre, dirigé par le promoteur Antonio de Sousa.