A Fresnes, l’appétit immobilier de l’ancien maire s’invite dans la campagne

Par et

L’affaire de la société d’aménagement de Fresnes n’intéresse pas que la justice. Elle est aussi au cœur des débats qui secouent actuellement la ville. Plusieurs élus s’interrogent : l’urbanisation à outrance, organisée par l’ancien maire Jean-Jacques Bridey, aurait-elle servi d’autres intérêts que l’intérêt général ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il n’y a pas un bruit, mais beaucoup de vent. Dans l’écoquartier de La Cerisaie, à Fresnes (Val-de-Marne), les rafales qui balaient les allées bétonnées rappellent que l’autoroute A6 passe à quelques mètres de là, juste en contrebas. Pour l’apercevoir, il faut contourner l’imposant « îlot K » qui abrite des centaines de logements, mais aussi un centre d’art et un hôtel social. Baptisé le « colosse d’aluminium » par les architectes qui l’ont conçu, ce bâtiment de huit étages agit, selon le bailleur du département Valophis« comme un véritable bouclier acoustique »