Atos envoie ses salariés indésirables au placard

Par

Au sein d’Atos, la multinationale dirigée par l’ancien ministre de l’économie Thierry Breton, des consignes sont envoyées aux managers pour leur demander d’empêcher la mutation des seniors, des syndicalistes et des handicapés. Dans un e-mail d’explication interne que Mediapart s’est procuré, la direction tempère à peine, et ne voit pas où est le mal.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ni seniors. Ni handicapés. Ni syndicalistes. Voilà les consignes que des managers d'Atos ont reçues, pour des postes à pourvoir en interne. Mediapart a pu consulter des e-mails où ces exigences sont consignées noir sur blanc, en contradiction totale avec la loi. Mais la direction de ce géant des services informatiques, qui dit abhorrer les discriminations, ne semble pas prendre la mesure du problème. Quand il était ministre de l’économie entre 2005 et 2007, le PDG d’Atos, Thierry Breton, tenait pourtant un discours diamétralement opposé : il ne manquait pas une occasion de plaider pour l’emploi des seniors. Bien qu’il ait atteint 60 ans cette année, il semble avoir changé d’avis.