L’effet boomerang du sauvetage de Banco Popular

Par

Pour les régulateurs européens, le sauvetage de Banco Popular était exemplaire. Deux jours plus tard, par crainte d’être à nouveau balayés, les financiers fuient les banques jugées les plus risquées, précipitant leur déstabilisation.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La satisfaction des autorités européennes de régulation bancaire n’a pas duré deux jours. Alors que tous se félicitaient de leur gestion de la faillite de Banco Popular, menée sans coup férir en moins de vingt-quatre heures, ceux-ci commencent à réaliser que les nouvelles règles de résolution bancaire, appliquées pour la première fois, génèrent des effets de bord qui peuvent être aussi dangereux pour l’ensemble du système bancaire européen.